LE MOT DU JOUR – 4 octobre 2016

cliquer pour agrandir

Kinnara (nom masculin) / Kinnari (nom féminin) : génies de la mythologie indienne, subordonnés à Indra, mi-hommes, mi-animaux, parfois représentés comme jouant d’un instrument de musique.

Dans la mythologie bouddhique et la mythologie hindoue, un kinnara est un amoureux exemplaire, un musicien céleste, mi-homme mi-cheval (en Inde) ou mi-oiseau (Asie du Sud-Est). Son équivalent femelle est la kinnari. Leur caractère est décrit dans le premier livre (Adiparvan) du Mahābhārata, où ils déclarent :

« Nous sommes sans fin amoureux et aimés. Nous ne nous séparons jamais. Nous sommes éternellement mari et femme ; nous ne devenons jamais mère et père. Nulle descendance n’apparaît dans notre giron. Nous sommes amoureux et aimés toujours embrassés. Nous n’admettons entre nous aucune autre créature demandant de l’affection. Notre vie est une vie de plaisir perpétuel. »

Ils apparaissent également dans plusieurs textes bouddhiques, dont le Sutra du Lotus.

Comme les nâgas ou l’aigle Garuda, les kinnaras habitent l’Himavanta, la forêt mythique qui entoure la base du Mont Meru.

Dans la mythologie d’Asie du Sud-Est, les kinnaris ont le haut du corps d’une femme, et les ailes, la queue et les pieds d’un cygne. Elles sont renommées pour leurs danses, leurs chants et leurs poèmes et représentent un symbole traditionnel de beauté, de grâce et d’accomplissement féminins.