« HÉ BIEN ! LA GUERRE. »

pape

Mais qu’attend donc Batmanpour venir botter le cul étroit de ce méchant pas beau ?!

« Dans une société marquée de plus en plus par la sécularisation et menacée par l’athéisme, nous courons le risque de vivre comme si Dieu n’existait pas ».

Telles sont les paroles du pape François, lequel, en ce lundi 20 avril, a rangé côte à côte antisémitisme et athéisme comme menaces contre la société. Dans le même temps, il refuse toujours la nomination de l’ambassadeur français au Vatican, sous prétexte que celui-ci serait homosexuel. Comme on dit en marketing, « new package, same old shit ».

En tant qu’athée, j’ai toujours regardé la religion catholique avec une certaine condescendance amusée : bah ! ça ne peut pas faire de mal. Après tout, il faut bien que vieillesse se passe. Tant qu’ils croient en Jésus et Saint Antoine, ils ne filent pas dépenser leur argent chez les scientologues. Etc.

Mais enough is enough, comme l’on dit outre-Manche et outre-Atlantique.

Car en ces temps troublés où le repli sur soi devient un sport national, les mots prennent toute leur importance, et agiter « la menace de l’athéisme » revient à désigner un bouc émissaire aux malheurs du monde.

De fait, la parole du pape est, fondamentalement, la même que celle de Daech : exclusion, archaïsme, désir de plier le monde à sa volonté, délire obscurantiste et superstition.

La grande différence réside dans le fait que Daech prend la forme d’un guerrier saint, tout en armes, dont la foi en l’irrationnel surpasse l’humanité, alors que le pape n’est qu’un gros goéland maladroit qui bat des ailes inutilement en poussant des cris aigus. Bref, l’un a les moyens militaires de ses horribles ambitions, l’autre pas. Nonobstant cela, les grands de ce monde continuent de faire courbette devant le goéland chauve, mais ne se pressent point de se prosterner aux pieds du cormoran velu (comprendre Abou Baqr al-Baghdadi, chef auto-proclamé de Daech et sosie officiel de Voldemort, en plus barbu).

Qu’on me donne une seule bonne raison – politique, diplomatique, militaire, financière, peu importe ! – pour qu’un quelconque chef d’état aille s’humilier à bizouiller la bagouze du calotté plutôt que la babouche du califé ! Qu’y a-t-il à retirer de cet abaissement intellectuel et moral ? L’approbation de quelques centaines de milliers de décérébrés qui boivent les paroles d’un châtré ? Pitié !

Quant aux propos du pape qui ouvrent cet article, je leur réponds par ce titre qui résonne encore de la voix de la Marquise de Merteuil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s