LE MOT DU JOUR – 25 mai 2014

fau01x01

La Confrérie des Tire-Douzils de Marigny-Brizay (86) a pour devise :
« en gousier sec, jamais joie n’habite ».

Douzil (nom masculin) : cheville en forme de petit cône en bois de cinq centimètres de long destiné à boucher le trou fait à un tonneau pour en tirer du vin.

Autrefois, chaque barrique était munie d’un douzil. C’est une petite chevillette qui, placée aux deux tiers de la hauteur du tonneau servait à la dégustation et au suivi du cru.

On trouve le mot sous différentes formes, selon les époques et les régions : douzil, doisil, dosilh, duizi, dui… mais il semble provenir plus particulièrement du Berry.

Étymologiquement, le mot vient du bas-latin duciculus, diminutif de dux, « qui conduit, petit tuyau » ; le nom a en effet d’abord désigné le trou, puis a servi pour la petite cheville qui le bouche. On notera qu’il en va de même pour le mot fausset, qui désignait le trou fait dans la barrique pour tirer le vin, et qui finit par désigner le robinet venu le boucher. En anglais, robinet se dit d’ailleurs toujours faucet.

Rien d’étonnant, dès lors, de retrouver le douzil, notamment chez Rabelais, employé par analogie pour l’organe sexuel masculin.

Pour tout savoir sur le douzil : http://www.etymologie-occitane.fr/2011/08/dousil-dosilh/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s