EBOOKS GRATUITS – 20 mai 2014

Edgar_Allan_Poe« Histoires extraordinaires », recueil de nouvelles d’Edgar Allan Poe, traduites par Charles Baudelaire
Double Assassinat dans la rue Morgue / La Lettre volée / Le Scarabée d’or / Le Canard au ballon / Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall / Manuscrit trouvé dans une bouteille / Une descente dans le maelstrom / La Vérité sur le cas de M. Valdemar / Révélation magnétique / Les Souvenirs de M. Auguste Bedloe / Morella / Ligeia / Metzengerstein
https://fr.wikisource.org/wiki/Histoires_extraordinaires

« L’Oblat », roman de Fanny Reybaud
https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Oblat_%28Reybaud%29

« Prâcrits et sanscrit buddhique », communication faite à la Société asiatique, dans la séance du conseil du 10 janvier 1882, par M. Émile Senart
https://fr.wikisource.org/wiki/Pr%C3%A2crits_et_sanscrit_buddhique

« Le Prisonnier de Chillon », poèmes de Lord George Gordon Byron
La séparation de George Gordon Byron, qui fit scandale, l’amène à faire un voyage en Belgique puis en Suisse. Il rencontre, sur les bords du Léman, le poète Shelley et sa future femme, Mary Godwin (Mary Shelley), ainsi que Claire Clairmont, qui l’aident à surmonter quelque peu ses sentiments de tristesse. En fin juin 1816 ils visitent, ensemble, le Château de Chillon. Ils apprennent l’histoire de Bonivard, un savoyard rallié aux genevois qui fut en butte au duc de Savoie et emprisonné six ans dans les cachots du château (dont il fut libéré lorsque les bernois occupèrent le pays de Vaud et le Chablais savoyard). Les visiteurs sont vivement impressionnés. Byron compose presque immédiatement « The Sonnet of Chillon ». Bloqué par une pluie diluvienne dans son hôtel d’Ouchy, Byron complète et étoffe son œuvre, en début juillet. Elle sera publiée, en décembre, à son retour en Angleterre, sous le titre de « The Prisoner of Chillon and Other Poems ».
La composition et les thèmes de cette œuvre sont typiquement byroniens : un homme seul , qui lutte pour la liberté, affronte l’adversité et de grandes souffrances : il n’a que sa volonté pour le soutenir. Seule la nature et ses beautés lui apportent quelque soulagement.
http://www.ebooks-bnr.com/byron-george-gordon-prisonnier-chillon/

« Choses vues », recueil de notes de Victor Hugo
Choses vues, entendues, notées sur le vif en forme de brèves, de caricatures ou de longs portraits, de récits bouleversants, d’enquêtes, de grands moments qui appartiennent désormais à l’histoire nationale, mais aussi de mots d’esprit, d’expressions glanées dans la rue – voici le siècle de Hugo. Cet extraordinaire recueil, constitué après la mort de Victor Hugo et sur sa recommandation, est fait de pièces et de morceaux recousus à partir de ses Carnets, de son Journal, de ses livres de comptes, de ce qu’il appelait lui-même « Pierres précieuses tombées de la tribune » – autant de lapsus qui plongent l’Assemblée dans le fou rire -, de Feuilles volantes, de Souvenirs personnels, de « Faits contemporains » que les éditeurs successifs se sont employés à classer.
Dans ce livre, le XIXe siècle court de 1830 à 1885, sous l’œil acéré et sans complaisance du chroniqueur. Une traversée du siècle politique et littéraire, cocasse ou bouleversante, mais qui laisse souvent la place à l’homme intime, père passionné, déchiré en amour, plus tard vieux monsieur d’une sensualité débridée, lutteur infatigable contre la peine de mort, exilé irréductible aux séductions de l’Empire – Victor Hugo y apparaît comme un grand homme politique à la popularité inégalée…
Des pages où le pétillement de l’esprit se mêle sans cesse aux plus terribles tragédies.
Tome 1 : http://efele.net/ebooks/livres/000369/
Tome 2 : http://efele.net/ebooks/livres/000370/

« Histoire d’Henriette d’Angleterre », biographie de Marie-Madeleine de la Fayette
La plus grande romancière du XVIIe siècle ; on le savait. Mais aussi un des plus grands mémorialistes de son temps. La voici confidente privilégiée de l’Histoire. Fidèle à soi, mais véridique. Aucun document n’est plus authentique que l’Histoire d’Henriette d’Angleterre, les chercheurs et les spécialistes l’ont suffisamment montré. Tout est révélé ici de la princesse, de son œuvre politique et sociale, des influences, avouées ou souterraines, qui s’exercent sur elle.
http://www.gutenberg.org/ebooks/45692

« Fort comme la Mort », roman de Guy de Maupassant
Olivier Bertin, un peintre célèbre et mondain, voit défiler dans son atelier parisien les plus belles femmes de la haute société. Il se montre « difficile et se fait payer fort cher ». Il tombe un jour amoureux d’une d’elle, Anne de Guilleroy, séduit par sa grâce et son élégance. Fille d’un riche commerçant, elle est mariée à un député enrichi de la petite noblesse normande et mère d’une fillette de six ans. Elle devient très vite sa maîtresse.
Douze années passent, le peintre est aimé passionnément de cette femme mariée maintenant d’âge mûr. Elle a vécu dans l’angoisse de le perdre, son attachement passionné ayant grandi avec le temps ; elle a consacré son existence à préserver leur amour en conservant sa coquetterie et son charme tout en sachant le flatter. Bertin lui voue quant à lui « une affection calmée, profonde, une sorte d’amitié amoureuse dont il avait pris l’habitude », sa passion originelle s’étant transformée avec le temps.
La fille d’Anne, Annette de Guilleroy, réapparaît après trois ans d’absence totale. Elle est devenue une belle jeune femme de dix-huit ans, tout juste sortie de l’adolescence. Mais l’artiste vieillissant compare un jour l’image, jeune, de sa maîtresse qu’il avait représentée sur une toile, et sa fille. Il retrouve dans le visage d’Annette, puis dans les intonations de sa voix, son ancienne maîtresse qu’il a connue et aimée jeune.
http://www.gutenberg.org/ebooks/11450

Le n° 19 de la revue des études hébraïques et juives « Yod », consacré à « Aharon Appelfeld, cinquante ans d’écriture », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://yod.revues.org/1942

Le n° 16 de la revue franco-allemande de sciences humaines et sociales « Trivium », consacré à « la Représentation politique », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://trivium.revues.org/4771

Le n° 28 de la revue de philosophie et de sciences humaines « le portiQue », consacré à « la Beauté des Villes / les Villes de l’Étranger », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://leportique.revues.org/2562

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s