COUIC !

psycho

Nooooooooooooooon……….

« Vous avez atteint la limite de 16Go de votre forfait Internet. La vitesse de surf est réduite et sera rétablie à votre prochaine facture. »

En raison, donc, d’une connexion défaillante, pas de mot du jour ni de rébus jusqu’au 6 juin. Oui, je sais, le sevrage va être difficile. Soyez courageux.

Je vous donne tout de même la réponse du rébus d’hier, 27 mai :
les champs / deux malles / dort / or / l’autre est Hamon
« Les Chants de Maldoror » de Lautréamont.

Publicités

EBOOKS GRATUITS – 27 mai 2014

Contes-Charles-Perrault-Les-Bourlapapey-Bibliothèque-numérique-romande« Contes » de Charles Perrault, dans une jolie édition illustrée
La Belle au bois dormant – Le Petit Chaperon rouge – La Barbe bleue – Le Maître Chat ou le Chat Botté – Les Fées – Cendrillon ou la petite pantoufle de verre – Riquet à la Houppe – Le Petit Poucet – Peau d’âne – Les Souhaits ridicules – L’Adroite Princesse – Griselidis
http://www.ebooksgratuits.com/details.php?book=515

« Le Serpent jaune », roman policier d’Edgar Wallace
Un suspens sur fond d’héritage, qui se passe en Chine et en Angleterre. Le chinois Fing-Su veut devenir empereur de Chine. Pour cela il ne reculera devant aucun moyen, vol, meurtre… sous couvert d’une étrange société secrète.
http://www.ebooksgratuits.com/details.php?book=2657

« Les Mémoires du Diable », roman de Frédéric Soulié
Il se passe d’étranges choses au château de Ronquerolles. Le baron Armand de Luizzi s’y rend à la mort de son père. À 2 heures du matin, il reçoit la visite du Diable. Ce dernier accepte qu’Armand publie ses histoires mais à chaque fois qu’il lui exprimera un désir, il devra lui donner en échange une des pièces que contient une bourse correspondant à un mois de sa vie. Seul le fait de trouver le bonheur le délivrera de sa servitude au Diable… Tableau machiavélique et philosophique de cette fin du XVIIIe siècle.
tome 1 : http://www.ebooksgratuits.com/details.php?book=2655
tome 2 : http://www.ebooksgratuits.com/details.php?book=2656

« Avant Adam », roman préhistorique de Jack London
Un homme de notre temps rêve, mais ce rêve est la vie d’un de nos lointains ancêtres du Paléolithique supérieur, un jeune adolescent préhistorique, chassé du nid par un mâle dominant, contraint à l’exil, tantôt chasseur, tantôt gibier, dormant au plus haut des arbres ou dans des failles rocheuses inaccessibles aux grands fauves, amoureux aussi et découvrant l’amitié, l’exil, le froid et la loi du clan. Avec ce texte, vous vivrez ce monde sans pitié où ne survivent que les plus forts.
http://www.ebooksgratuits.com/details.php?book=2654

Plein de nouveautés à la Bibliothèque Électronique du Québec :
« La Bohémienne du grand Monde », roman de Ponson du Terrail
« Le Grillon du moulin », roman de Ponson du Terrail
« Jeanne », roman de Ponson du Terrail
« Les aventures du baron de Bréhat de Bréhaut », roman de Ponson du Terrail
« L’orgue de Barbarie », roman de Ponson du Terrail
« La fée d’Auteuil », roman de Ponson du Terrail
« Le Castel du Diable », roman de Ponson du Terrail
« L’anneau de fer du passé », roman de Ponson du Terrail
« Les nuits de la Maison-Dorée », roman de Ponson du Terrail
« Le piqueur Sonne-Toujours », roman de Ponson du Terrail
« Fables à mes enfants », recueil de fables de P.-M. Curtil
« Oulana », nouvelle polésienne de Josef Ignacy Kraszewski (la Polésie est une région qui s’étend sur le territoire de quatre états : la Biélorussie, l’Ukraine, la Pologne et une petite partie de la Russie)
« Piter Pan dans les Jardins de Kensington », roman de James Matthew Barrie
« Contes qui finissent bien », recueil de Mme J. Colomb
« Bluette et Coquelicot », conte instructif pour les enfants de Maurice Barr
http://beq.ebooksgratuits.com/nouveau.htm

« Chez nous », nouvelles jurassiennes de T. Combre (pseudonyme d’Adèle Huguenin-Vuillemin)
Doline est employée depuis vingt-cinq ans chez Virgile, un sertisseur à domicile. Arrive un ouvrier qui lui fait la cour… Rosette, une adolescente, rencontre, vers la frontière, Gaspard un mauvais garçon de son village. Elle est tirée de ce mauvais pas, par Louis, un exilé qui n’a pas résisté à une visite clandestine à sa famille. Gaspard va-t-il le dénoncer pour se venger ? Caroline, Jenny et Mica, peuvent-elles continuer « seules » à exploiter la ferme de Jean, leur père décédé ? Ces nouvelles jurassiennes restituent avec justesse l’ambiance paysanne des hauts du Jura neuchâtelois à la fin du XIXe siècle.
http://www.ebooks-bnr.com/combre-t-chez-nouvelles-jurassiennes/

Le n° 224 de « Traduire », la revue française de traduction, consacré au thème « Des Outils et des Nuages », est en ligne et téléchargeable intégralement et gratuitement.
http://traduire.revues.org/173

Le n° 225 de « Traduire », la revue française de traduction, consacré au thème « Traduire hors des Sentiers battus », est en ligne et téléchargeable intégralement et gratuitement.
http://traduire.revues.org/78

Le n° 226 de « Traduire », la revue française de traduction, consacré au thème « Face au Miroir », est en ligne et téléchargeable intégralement et gratuitement.
http://traduire.revues.org/132

Le n° 11 de « L’Ampoule », revue littéraire et numérique des éditions de l’Abat-Jour, consacré au thème « Révolte & Insurrection », est en ligne et téléchargeable intégralement et gratuitement.
Révolte, insurrection, bouleversement, barricades, prise de conscience, changement de cap, sédition, répression, mutinerie, colères et libération : voici un premier tour d’horizon des thèmes abordés dans ce numéro. Avec les participations de Christophe Lartas, Benoît Patris, Barbara Marshall, Sabine Normand, Stéphanie Braquehais, Fabrice Marzuolo, Nicolas Guéguen, Kowalski, Serge Cazenave-Sarkis, Christian Attard, Lordius, Marray, Alain Lasverne, Muriel Friboulet, Sébastien Chagny, Samuel Dudouit, Marlène Tissot, Antonia Bellemin, Jane F B-A, Georgie de Saint-Maur, Cyril Calvo, Elisabeth Mounic, Antonella Fiori, Xavier Bonnin, Philippe Devos, Marie-Cendrine Keyser, Wladimir Lentzy, Audrey Tison, Marc Laumonier, Stéphane Werth, Vlad Oberhausen et Jean-François Joubert.
http://www.editionsdelabatjour.com/pages/LAmpoule_revue_numerique-3910934.html

LE MOT DU JOUR – 27 mai 2014

athanor2Athanor (nom masculin) : grand alambic à combustion lente, utilisé en alchimie et en chimie, permettant de faire plusieurs opérations différentes avec le même feu. C’est dans ce fourneau que les alchimistes placent le récipient qui contient la matière de la pierre philosophale.

Le mot peut aussi être employé au figuré, dans un sens philosophique, se rapprochant ainsi du for intérieur.

Étymologiquement, athanor vient de l’arabe at-tanour, issu lui-même de l’hébreu tannour (fourneau), avec l’article arabe al, le tout provenant du chaldéen tan (fourneau) et nour (feu) : fourneau du feu.

« (…) il se les figurait maniant la palette et les brosses, pilant des drogues dans un mortier ou feuilletant, près d’un athanor, un vieux traité d’alchimie. » – La Révolte des Anges, Anatole France

LE MOT DU JOUR – 26 mai 2014

dragon

« Amateurs ! »

Furole (nom féminin) : Exhalaison enflammée qui paraît quelquefois sur le sol, ou aussi à la surface de l’eau. Aujourd’hui, on parle plus communément de feu follet, de farfadet, voire de feu de Saint-Elme.

Étymologiquement, le mot vient de l’ancien anglais fyr, qui a donné fire, feu.

« C’est cette flammete qui par nuict apparoit au bout des lances des gens-d’armes et des antennes des navires, bruyant comme un oyseau et sautelant de lieu en autre, laquelle estant double est estimée à signe de bon heur, et sengle au contraire. Aucunes nations l’appellent le feu saint Elme. » – Thresor de la langue francoyse, de Jean Nicot

LE MOT DU JOUR – 25 mai 2014

fau01x01

La Confrérie des Tire-Douzils de Marigny-Brizay (86) a pour devise :
« en gousier sec, jamais joie n’habite ».

Douzil (nom masculin) : cheville en forme de petit cône en bois de cinq centimètres de long destiné à boucher le trou fait à un tonneau pour en tirer du vin.

Autrefois, chaque barrique était munie d’un douzil. C’est une petite chevillette qui, placée aux deux tiers de la hauteur du tonneau servait à la dégustation et au suivi du cru.

On trouve le mot sous différentes formes, selon les époques et les régions : douzil, doisil, dosilh, duizi, dui… mais il semble provenir plus particulièrement du Berry.

Étymologiquement, le mot vient du bas-latin duciculus, diminutif de dux, « qui conduit, petit tuyau » ; le nom a en effet d’abord désigné le trou, puis a servi pour la petite cheville qui le bouche. On notera qu’il en va de même pour le mot fausset, qui désignait le trou fait dans la barrique pour tirer le vin, et qui finit par désigner le robinet venu le boucher. En anglais, robinet se dit d’ailleurs toujours faucet.

Rien d’étonnant, dès lors, de retrouver le douzil, notamment chez Rabelais, employé par analogie pour l’organe sexuel masculin.

Pour tout savoir sur le douzil : http://www.etymologie-occitane.fr/2011/08/dousil-dosilh/

LE MOT DU JOUR – 24 mai 2014

bontemps

Vivre obscur à sa guise,
Narguer les mécontents,
Eh gai ! c’est la devise
Du gros Roger Bontemps.

Roger-Bontemps (nom masculin) : se dit d’un homme de belle humeur, jovial, qui vit sans aucune espèce de souci.

Étymologiquement, le mot vient du nom de Roger, de la maison des Bontemps, fort illustre dans le Vivarais, dans laquelle le nom de Roger était toujours affecté à l’aîné. Le chef de cette famille fut un homme fort estimé pour sa valeur, sa belle humeur et sa bonne chère ; on tint à gloire de l’imiter, et plusieurs se firent par honneur appeler Roger Bontemps.

EBOOKS GRATUITS – 23 mai 2014

LEBLANCunefemme« Une Femme », roman de Maurice Leblanc
Une femme a pour cadre Rouen, une « ville méfiante et mauvaise » où le livre fit quelque bruit… On veut bien le croire car l’histoire que le roman raconte est plutôt « sulfureuse » : il peint la vie d’une provinciale mythomane (Lucie Chalmin), « jeune bourgeoise de corps agréable » qui, après être restée sagement quelques années près de son mari, s’ennuie profondément… elle tombe alors dans les bras du premier venu, un voyageur de commerce qui l’a suivie dans la rue ! Après cet inconnu, Lucie voit se succéder bon nombre d’autres amants, découvrant les joies de l’adultère et de la perversité !
https://fr.wikisource.org/wiki/Une_femme_%28Leblanc%29

« Madame de Chamblay » (tome 1), roman d’Alexandre Dumas
À la mort de sa mère, Max de Villiers reste pendant longtemps désespéré avant de ressentir le besoin de distraire. Il se rend alors chez son ami le préfet Alfred de Senonches. C’est à cette occasion qu’il fait la connaissance de Mme Edmée de Chamblay. Irrésistiblement attiré par cette femme, tous les prétextes vont lui être bons pour la rencontrer à nouveau. Et Max n’aura de cesse que de connaître le secret qu’il pressent chez Edmée….
http://www.ebooks-bnr.com/dumas-alexandre-madame-chamblay-1ere-partie/

« Origines bouddhiques », conférence sur les origines du bouddhisme, au musée Guimet, par Émile Senart (1907)
https://fr.wikisource.org/wiki/Origines_bouddhiques

« Analyse du Mégha-Doûtah, poème sanskrit de Kâlidâsa », par Antoine-Léonard Chézy
https://fr.wikisource.org/wiki/Analyse_du_M%C3%A9gha-Do%C3%BBtah,_po%C3%A8me_sanskrit_de_K%C3%A2lid%C3%A2sa

« Les Étrennes d’un vampire : manuscrit trouvé au cimetière du Père Lachaise », dialogue court par un auteur anonyme
https://fr.wikisource.org/wiki/Les_%C3%89trennes_d%E2%80%99un_vampire

Le n° 223 de « Traduire », la revue française de la traduction, consacré à « Tribunal et théâtre, faites entrer le traducteur », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://traduire.revues.org/197

Le n° XII-1 de « Lisa », la revue bilingue sur les études culturelles et l’histoire des idées du monde anglophone, consacré à « Les pratiques documentaires : entre propagande et contestation », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://lisa.revues.org/5566

Le n° 19 de « Cipango », les cahiers d’études japonaises, consacré à « Le Japon et le Fait colonial (2e partie) », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://cipango.revues.org/1632

Le n° 2508 de « L’Illustration », magazine d’information, du 21 mars 1891, est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://www.gutenberg.org/ebooks/45704

Le n° 2509 de « L’Illustration », magazine d’information, du 28 mars 1891, est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://www.gutenberg.org/ebooks/45722

LE MOT DU JOUR – 23 mai 2014

KummelWolfschmidtKummel (nom masculin) : liqueur aromatisée au cumin, très alcoolisée et de saveur très prononcée, originaire de l’Europe de l’Est (Allemagne, Russie), appréciée pour ses qualités digestives.

Le mot vient de l’allemand Kummel, qui signifie cumin.

« Les dosages où il excelle de divers alcools, sa science pour corriger l’épaisseur doucereuse du kummel avec le dépouillement d’une eau-de-vie antique, voilà par quoi il atteint tels états de béatitude propres à l’intelligence des génies inintelligibles. » – Préséances, François Mauriac (1921)

LE MOT DU JOUR – 22 mai 2014

diacritique

En calligraphie, le signe diacritique est aisé,
mais l’art est difficile.

Diacritique (adjectif) : se dit d’un signe graphique (point, accent, cédille ou autre) portant sur une lettre ou un signe phonétique, et destiné à en modifier la valeur ou à empêcher la confusion entre homographes. Ainsi, un accent est mis sur le u de (adverbe) pour le distingue de ou (conjonction) : cet accent est un signe diacritique.

Étymologiquement, le mot vient du grec diakritikos signifiant « qui distingue ». De fait, le signe diacritique distingue un mot d’un autre mot, lequel serait orthographié à l’identique si ce signe n’y était adjoint.

Outre les points, accents et cédilles, le signe diacritique peut aussi être la forme de la lettre elle-même, lorsqu’on emploie par exemple l’italique pour distinguer un mot dans une phrase écrite en caractères droits.

À noter que diacritique s’emploie aussi en médecine, pour les symptômes caractérisant une maladie.

LE MOT DU JOUR – 21 mai 2014

Lop-Eared-Rabbit-Laying-DowClapir (verbe intransitif ou pronominal, selon le sens) : se dit du lapin qui pousse son cri. J’ai entendu le lapin clapir. Le mot est sans doute dérivé du verbe glapir, influencé par le mot clapier.

Le mot s’emploie aussi dans le sens de se blottir, se tapir, se cacher dans un trou, tout particulièrement en ce qui concerne les lapins.

LE MOT DU JOUR – 20 mai 2014

decapitation

« J’ai perdu la tête
Depuis que j’ai vu Suzette »
Dany Brillant

Chouque (nom masculin) : le chouque, ou chouquet, est un gros billot de bois servant à assembler, sur un navire, un mât supérieur avec la tête du mât inférieur.

C’est aussi le nom du billot de bois sur lequel le condamné à mort pose la tête lors d’une décapitation.

Étymologiquement, le mot est la forme normanno-picarde de souche.

EBOOKS GRATUITS – 20 mai 2014

Edgar_Allan_Poe« Histoires extraordinaires », recueil de nouvelles d’Edgar Allan Poe, traduites par Charles Baudelaire
Double Assassinat dans la rue Morgue / La Lettre volée / Le Scarabée d’or / Le Canard au ballon / Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall / Manuscrit trouvé dans une bouteille / Une descente dans le maelstrom / La Vérité sur le cas de M. Valdemar / Révélation magnétique / Les Souvenirs de M. Auguste Bedloe / Morella / Ligeia / Metzengerstein
https://fr.wikisource.org/wiki/Histoires_extraordinaires

« L’Oblat », roman de Fanny Reybaud
https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Oblat_%28Reybaud%29

« Prâcrits et sanscrit buddhique », communication faite à la Société asiatique, dans la séance du conseil du 10 janvier 1882, par M. Émile Senart
https://fr.wikisource.org/wiki/Pr%C3%A2crits_et_sanscrit_buddhique

« Le Prisonnier de Chillon », poèmes de Lord George Gordon Byron
La séparation de George Gordon Byron, qui fit scandale, l’amène à faire un voyage en Belgique puis en Suisse. Il rencontre, sur les bords du Léman, le poète Shelley et sa future femme, Mary Godwin (Mary Shelley), ainsi que Claire Clairmont, qui l’aident à surmonter quelque peu ses sentiments de tristesse. En fin juin 1816 ils visitent, ensemble, le Château de Chillon. Ils apprennent l’histoire de Bonivard, un savoyard rallié aux genevois qui fut en butte au duc de Savoie et emprisonné six ans dans les cachots du château (dont il fut libéré lorsque les bernois occupèrent le pays de Vaud et le Chablais savoyard). Les visiteurs sont vivement impressionnés. Byron compose presque immédiatement « The Sonnet of Chillon ». Bloqué par une pluie diluvienne dans son hôtel d’Ouchy, Byron complète et étoffe son œuvre, en début juillet. Elle sera publiée, en décembre, à son retour en Angleterre, sous le titre de « The Prisoner of Chillon and Other Poems ».
La composition et les thèmes de cette œuvre sont typiquement byroniens : un homme seul , qui lutte pour la liberté, affronte l’adversité et de grandes souffrances : il n’a que sa volonté pour le soutenir. Seule la nature et ses beautés lui apportent quelque soulagement.
http://www.ebooks-bnr.com/byron-george-gordon-prisonnier-chillon/

« Choses vues », recueil de notes de Victor Hugo
Choses vues, entendues, notées sur le vif en forme de brèves, de caricatures ou de longs portraits, de récits bouleversants, d’enquêtes, de grands moments qui appartiennent désormais à l’histoire nationale, mais aussi de mots d’esprit, d’expressions glanées dans la rue – voici le siècle de Hugo. Cet extraordinaire recueil, constitué après la mort de Victor Hugo et sur sa recommandation, est fait de pièces et de morceaux recousus à partir de ses Carnets, de son Journal, de ses livres de comptes, de ce qu’il appelait lui-même « Pierres précieuses tombées de la tribune » – autant de lapsus qui plongent l’Assemblée dans le fou rire -, de Feuilles volantes, de Souvenirs personnels, de « Faits contemporains » que les éditeurs successifs se sont employés à classer.
Dans ce livre, le XIXe siècle court de 1830 à 1885, sous l’œil acéré et sans complaisance du chroniqueur. Une traversée du siècle politique et littéraire, cocasse ou bouleversante, mais qui laisse souvent la place à l’homme intime, père passionné, déchiré en amour, plus tard vieux monsieur d’une sensualité débridée, lutteur infatigable contre la peine de mort, exilé irréductible aux séductions de l’Empire – Victor Hugo y apparaît comme un grand homme politique à la popularité inégalée…
Des pages où le pétillement de l’esprit se mêle sans cesse aux plus terribles tragédies.
Tome 1 : http://efele.net/ebooks/livres/000369/
Tome 2 : http://efele.net/ebooks/livres/000370/

« Histoire d’Henriette d’Angleterre », biographie de Marie-Madeleine de la Fayette
La plus grande romancière du XVIIe siècle ; on le savait. Mais aussi un des plus grands mémorialistes de son temps. La voici confidente privilégiée de l’Histoire. Fidèle à soi, mais véridique. Aucun document n’est plus authentique que l’Histoire d’Henriette d’Angleterre, les chercheurs et les spécialistes l’ont suffisamment montré. Tout est révélé ici de la princesse, de son œuvre politique et sociale, des influences, avouées ou souterraines, qui s’exercent sur elle.
http://www.gutenberg.org/ebooks/45692

« Fort comme la Mort », roman de Guy de Maupassant
Olivier Bertin, un peintre célèbre et mondain, voit défiler dans son atelier parisien les plus belles femmes de la haute société. Il se montre « difficile et se fait payer fort cher ». Il tombe un jour amoureux d’une d’elle, Anne de Guilleroy, séduit par sa grâce et son élégance. Fille d’un riche commerçant, elle est mariée à un député enrichi de la petite noblesse normande et mère d’une fillette de six ans. Elle devient très vite sa maîtresse.
Douze années passent, le peintre est aimé passionnément de cette femme mariée maintenant d’âge mûr. Elle a vécu dans l’angoisse de le perdre, son attachement passionné ayant grandi avec le temps ; elle a consacré son existence à préserver leur amour en conservant sa coquetterie et son charme tout en sachant le flatter. Bertin lui voue quant à lui « une affection calmée, profonde, une sorte d’amitié amoureuse dont il avait pris l’habitude », sa passion originelle s’étant transformée avec le temps.
La fille d’Anne, Annette de Guilleroy, réapparaît après trois ans d’absence totale. Elle est devenue une belle jeune femme de dix-huit ans, tout juste sortie de l’adolescence. Mais l’artiste vieillissant compare un jour l’image, jeune, de sa maîtresse qu’il avait représentée sur une toile, et sa fille. Il retrouve dans le visage d’Annette, puis dans les intonations de sa voix, son ancienne maîtresse qu’il a connue et aimée jeune.
http://www.gutenberg.org/ebooks/11450

Le n° 19 de la revue des études hébraïques et juives « Yod », consacré à « Aharon Appelfeld, cinquante ans d’écriture », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://yod.revues.org/1942

Le n° 16 de la revue franco-allemande de sciences humaines et sociales « Trivium », consacré à « la Représentation politique », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://trivium.revues.org/4771

Le n° 28 de la revue de philosophie et de sciences humaines « le portiQue », consacré à « la Beauté des Villes / les Villes de l’Étranger », est en ligne en version intégrale et téléchargeable gratuitement.
http://leportique.revues.org/2562