LIENS LITTÉRAIRES Saison 1 Épisode 1

[EBOOKS GRATUITS] L’intégrale Lovecraft gratuite, en 1 fichier zip (et en VO) pour vos liseuses/tablettes : http://bit.ly/fGiKWx
[EBOOK GRATUIT] « Le Rhin » de Victor Hugo
Tome 1 : http://www.gutenberg.org/ebooks/41986
Tome 2 : http://www.gutenberg.org/ebooks/42151

[EBOOK GRATUIT] « Le Resquilleur sentimental » de René Pujol
Robert Delessart est un jeune homme doux, un peu roublard et facilement menteur, qui, après avoir été vendeur de gants, devient un peu par hasard détective privé. Les heurs et malheurs de ce pauvre détective improvisé à l’imagination débordante, sont racontés avec un humour décalé et faussement naïf qui ravit, comme la visite de Paris dans un car d’étrangers ou son séjour à Nice dans un palace, cocasse.
René Pujol, journaliste et librettiste, écrivain de romans policiers, d’anticipation et d’amour, puis réalisateur de films, nous transporte dans la société des années trente, avec un œil critique et drôle.
http://t.co/ekYCQlR0mu

[EBOOK GRATUIT] « Kathi la Grand’Mère » de Jérémias Gotthelf
Tome 1 : Nous sommes au milieu du XIXe siècle dans l’Emmenthal (vallée de l’Emme). Kathi vit seule, avec son petit-fils Petit-Jean, dans un très modeste chalet près de la rivière. Elle cultive un jardin et un petit champ de lin qui fait sa fierté. Un soir, un orage extrêmement violent détruit une bonne partie des cultures. Sans ressource désormais, comment Kathi va-t-elle passer l’hiver ?
http://www.ebooks-bnr.com/gotthelf-jeremias-kathi-la-grandmere-1ere-partie/
Tome 2 : Kathi pensait avoir surmonté le plus gros de ses épreuves mais l’année qui ne fait que commencer en réserve encore bien d’autres, mais aussi des joies, à la population de l’Emmental. Ainsi Jean, son fils blessé dans une bagarre au sujet d’une jeune fille, tombe à sa charge…
http://www.ebooks-bnr.com/gotthelf-jeremias-kathy-la-grandmere-2e-partie/

[EBOOK GRATUIT] « L’indocile » d’Édouard Rod
Après deux échecs à l’École normale à cause de son esprit fantaisiste, Valentin Délémont doit quitter Paris et sa modeste chambre mansardée. Son oncle Romanèche, le député et directeur de l’Égalité, lui a trouvé un poste de précepteur. Valentin prend congé de ses amis : Urbain, libre penseur anticlérical, Claude, qui lui, catholique, penche plutôt pour le Sillon …et Paule-Andrée. Entre convictions politiques et croyances, entre célébrations laïque et fastes de la Ville éternelle, Valentin restera-t-il indocile ?
http://t.co/33edA4u8Gj

[LITTÉRATURE] « Le factuel et le fictionnel dans « Ardor guerrero », « Sefarad » et « Ventanas de Manhattan » d’Antonio Muñoz Molina » par Élodie Vaquero-Nourrisson
La présente thèse vise à interroger les rapports qu’entretiennent le factuel et le fictionnel dans « Ardor guerrero », « Sefarad » et « Ventanas de Manhattan » d’Antonio Muñoz Molina. En effet, si ces œuvres se présentent respectivement comme trois modalités d’une écriture factuelle, à savoir des mémoires, des témoignages et un récit de voyage, elles ne peuvent néanmoins être exemptes de fictionnalité. L’hybridation des faits et de la fiction au sein de ce corpus apparaît non seulement comme inéluctable mais aussi porteuse de sens dans la mesure où elle permet d’approcher d’une part la vision personnelle de l’auteur sur le monde et d’autre part les histoires de l’Autre dans toute sa vérité et son intimité.
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00793006

[EBOOKS GRATUITS] OpenEdition Books est une plateforme de 366 livres en sciences humaines et sociales. Plus de la moitié d’entre eux est en libre accès. Des services complémentaires sont proposés via les bibliothèques et institutions abonnées.
http://books.openedition.org

[EBOOK GRATUIT] « Traité sur la tolérance » de Voltaire, sur le Projet Gutenberg
http://www.gutenberg.org/ebooks/42131

[LITTÉRATURE] « Analyse des Manuscrits des Trois contes : la transcendance des hommes, des lieux et des choses chez Flaubert » par Eri Ohashi
Les recherches sur les Trois contes, considérés comme une oeuvre secondaire, n’avancent pas tellement en comparaison avec celles qui portent sur les autres oeuvres de Flaubert. Cependant les Trois contes représentent le dernier ouvrage complet de Flaubert et ils ont deux grandes particularités. La première est relative à la forme de l’oeuvre,c’est-à-dire le conte ; la deuxième se caractérise par l’emploi des trois dénominateurs communs qui se manifestent dans les romans de Flaubert : la fiction, l’histoire sacrée et l’histoire ancienne en Orient. De plus, l’action des contes se passe à diverses époques, de l’Antiquité au XIXe siècle.Dans cette recherche, en réfléchissant sur le motif qui poussent Flaubert à écrire les Trois contes, nous analysons l’évolution du processus créatif du point de vue des interactions des personnages et des épisodes dans chaque conte ainsi que dans la totalité des Trois contes, à fin de reconsidérer la conception littéraire de Flaubert qui continue à influencer la littérature moderne. Malgré la brièveté de cette œuvre, Flaubert laissa de nombreux manuscrits, carnets et correspondances avant de parvenir aux aboutissements des textes définitifs. Il est donc indispensable d’interpréter l’avant-texte pour analyser les Trois contes.En fait, l’analyse des manuscrits nous confirme que la méthode de création de Flaubert selon laquelle il dédouble ses personnages et ses épisodes, forme une cohérence et en même temps un univers sans fin qui transcende les frontières non seulement entre des éléments divers à l’intérieur de chaque conte, mais aussi entre des époques et entre des cultures occidentales et orientales.
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00790321

[LANGUE] « La construction morphologique des noms désadjectivaux suffixés en français » par Aurore Koehl
Menée dans le cadre de la morphologie lexématique, cette thèse a vocation de faire progresser la réflexion sur l’une des questions centrales de la morphologie constructionnelle des langues, à savoir les critères d’identification des règles de construction de lexèmes (RCL), en prenant le cas des noms désadjectivaux du français comme support. Nous traitons les suffixes -ité (BANALITÉ), -eur (BLANCHEUR), -esse (TENDRESSE), -itude (AMPLITUDE), -ise (GOURMANDISE) et -erie (NIAISERIE) qui sont utilisés comme exposants de règle dans la construction de noms désadjectivaux. Les noms étudiés proviennent du Trésor de la langue française (TLF), du journal Le Monde et de la Toile. Comment détermine-t-on les RCL ? Une première hypothèse est qu’à un exposant formel identifié correspond une RCL à laquelle s’oppose une seconde hypothèse selon laquelle à une seule RCL correspondent plusieurs exposants. Il s’agit de déterminer quelle est l’influence de la valeur des exposants dans la définition de RCL. Cela implique d’étudier les conditions de sélection des bases et d’étudier les critères aboutissant aux différentes formes de noms désadjectivaux. La première question relève d’une logique liée aux conditions d’application des règles, la seconde relève des motivations du locuteur intervenant dans les conditions de concurrence entre les suffixes. Nous menons une étude sur la disponibilité de chaque suffixe en comparant les noms contenus dans le TLF et les créations des locuteurs en recourant au corpus Le Monde et à la Toile. Nous étudions également si les RCL subissent d’autres influences que celles des exposants, en analysant les contextes d’apparition des doublons (e.g. TENDRESSE / TENDRETÉ).
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00789824

[LECTURE & DANSE – LE CORPS DU TEXTE ?] « La Lecture comme geste » par Barbara Formis et Julie Perrin
Sur les postures du lecteur dans la peinture occidentale et sa représentation sur la scène chorégraphique contemporaine. Sur le geste du lecteur dans la situation de conférence. Extrait : « Lire relève d’une posture mentale autant que corporelle. C’est la nature chorégraphique de cette pratique qui nous intéresse ici : la dimension corporelle d’une activité que l’on ne peut réduire ni à son opération de déchiffrage, ni à une technique mentale permettant de prendre connaissance d’un texte, ni à son caractère linguistique. Lire, c’est d’abord du geste, c’est le mouvement des yeux sur un support pour en identifier les caractères inscrits. [Barbara Formis lit un temps le texte de Julie Perrin par-dessus son épaule.] Pour prendre connaissance d’un contenu le mouvement est en jeu et il ne se limite pas à celui des yeux. On ne peut certes pas séparer la pratique intellectuelle de la pratique corporelle qui constitue la lecture. Elles sont étroitement liées : l’action est pétrie de mots, la corporéité est traversée par le langage. »
http://hal-univ-paris8.archives-ouvertes.fr/hal-00789854

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s