COUVREZ CE XXXX QUE JE NE SAURAIS VOIR…

Faut-il, d’un repeint pudique, couvrir poitrines et sexes des œuvres picturales, et blanchir la peau des sauvages qui y sont représentés ?
Faut-il réécrire toute la littérature ? Remplacer le mot con par pistil dans « La Philosophie dans le Boudoir » du divin marquis, et corriger la réplique de Dolmancé disant qu’« hier encore, un petit garçon de sept ans fut dépucelé par ce vit en moins de trois minutes… » ?
Faut-il ôter les vilains mots des contes pour enfants ou des textes de Mark Twain, qui prenait pourtant partie pour les noirs ?
Faut-il réserver la lecture des œuvres de Tolkien aux seuls universitaires et jeter les exemplaires du « Seigneur des Anneaux » encore en circulation dans les flammes de l’Orodruin ?  Et que dire ou faire alors des œuvres de Céline ! Ne suis-je d’ailleurs pas coupable en parlant d’œuvre ?
Faut-il empaler une effigie de Tintin au beau milieu de la rue des Colonies à Bruxelles ?
Et enfin, faut-il remplacer la pipe de Jacques Tati par une tourniquette ridicule ?
La censure est une chose vile, car elle sous-tend que le public est incapable de se forger une opinion par lui-même, incapable de différencier le Bien du Mal.
Mais quand une Nation, un peuple, une civilisation nie son passé, son art, et s’emploie à modifier la réalité historique pour la conformer à une morale, de pareilles réécritures, de semblables transformations des œuvres portent – en anglais – un autre nom : negationism.
En bon français, on usera de l’euphémisme « déni historique ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s